Maison Nobiliaire de la Croix de Bramafan
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  domaines i.g.  
Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 D'un retour inattendu

Aller en bas 
AuteurMessage
killijo_de_denere

avatar

Masculin Nombre de messages : 32
Age : 35
Réputation : 1
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: D'un retour inattendu   Dim 08 Déc 2013, 11:12

Dans une taverne, loin, très loin du fief Bramafan

La musique joue, les rires fusent, les pieds dansent, les bras sont en l'air, les troubadours entraînent par leurs notes enjoleuses les couples à se former. Sur une table, au milieu, un coq danse, la chemise débraillée. Il ne chante plus car il a été invité à montrer ses talents par la danse plutôt que par sa voix, assez discordante avec la musique. Il invite une fille à monter avec lui pour danser, faisant passer ses mains à quelques centimètres de distance de son corps, son regard en disant long sur son appréciation de sa cavalière.

Il apprécie la vie en Bretagne, loin de la royauté, loin des discordes diverses et variées avec un conseil, un duc, des ambitieux qui courent plus après les titres qu'après la volonté de faire avancer leur duché. Il veut tout oublier, s'amuser et ne penser qu'à l'instant présent. Ce qui a toujours été son mot d'ordre, mais ici, loin du regard maternel et filial. Il s'amuse avec les femmes qui l'invitent à descendre de la table pour mieux profiter de lui. Son déhanchement devient plus suggestif, il entre dans un spectacle qui n'appartient qu'à lui, mais qui fait son succès auprès des femmes. Une saccade supplémentaire en direction d'une jolie rousse, pour lui signifier qu'elle pourrait en profiter personnellement... Quand elle le désirera, ici et maintenant, ou un peu plus tard quand.

Un messager arrive, les yeux baissés vers le sol, un parchemin roulé à la main. Il semble chercher quelqu'un de précis, car il se déplace de buveur en servante pour demander quelque chose, mais Killijo n'en a cure. Il s'agirait encore d'une jeune donzelle à courtiser qu'il aurait peut être daigné se préoccuper de l'aller accueillir en oubliant sa flamboyante cavalière, mais il a pour règle de ne point chercher les ennuis. Sauf que l'homme le regarde avec insistance, semblant attendre qu'il ait fini sa danse. Il prend doucement la main de la jolie rousse pour la frôler de ses lèvres en la caressant du regard. Il se glisse rapidement vers son cou pour lui glisser à l'oreille qu'il revient très vite juste pour elle. Il marche vers l'homme, l'air glacial, la chemise débraillée, les braies mal agencées.


Que me veux-tu ?

L'homme le regarde, peu rassuré, lui tendant le parchemin sans un mot. Il a appris d'expérience qu'il vaut mieux laisser les parchemins parler à sa place. Killi le déroule avec application, voyant qu'il s'agit d'un courrier officiel, venant de... Sa mère. Il le lit avec attention, apprenant ce qu'il savait déjà arriver depuis un moment... L'officialisation. Après deux bâtards, il était temps. Sa bouche se crispe quelque peu. Sa mère va épouser un ours après avoir épousé un poulet. Il semblerait qu'elle aime les personnages particuliers, mais de là à préférer un ours... Il ne comprendrait jamais les femmes. Il tend le parchemin roulé à l'homme.

Demain, ici. A l'aube.

Il repart vers la damoiselle qui ondule doucement en le regardant toujours. Elle semble intéressée par une dégustation de coq Angevin ce soir. Il a déjà oublié l'homme, sa mauvaise nouvelle et ce qu'il va devoir quitter pour retourner en Armagnac. Il prend la main de la Rousse et l'emmène au loin, ce soir, il veut profiter de cette dernière soirée. En Armagnac, il devra être plus discret, ou l'opproble féminine sera jetée sur lui. Du genre dont on ne se débarasse plus. A vie.

Quelques heures plus tard, il revient à la taverne, retrouvant l'homme qui l'attend.

Tu conduiras le carosse. J'ai besoin de dormir.

Difficile est la vi du coq, avec toutes ces poulettes à honorer. Le valet charge la maigre malle du coq et met l'équipage en branle. Il a déjà entendu parler des exploits du fils Dénéré. Il sait que le voyage risque d'être un peu prolongé par quelques visites galantes, mais il a eu ordre de venir au plus vite. Il tentera donc de passer par quelques raccourcis qui éviteront des villes à tavernes. Les provisions sont nombreuses et les directives strictes. La dame Joffrey n'attend pas.


Quelques jours plus tard

Enfin arrivés ! L'homme dort encore. Il a réussi à les faire arrêter pour quelques provisions dans la ville précédent le domaine de Bramafan. L'homme ne l'a pas vu. Le coq est juste revenu à l'aube, il est rentré dans le carosse sans un mot. Depuis, il entend un ronflement régulier.. Il arrive dans le domaine, se présente à l'entrée en annonçant le contenu de son équipage et arrive devant l'entrée de la maison. Il préfère emmener le carosse un peu plus loin pour ne pas montrer le spectacle déplorablr qu'il contient. Le valet a demandé une servante pour aider messire de Dénéré à se préparer. C'est elle qui entre dans le carosse pour le réveiller. Personne ne s'occupe de ce qu'il se passe ensuite. Chacun doit vaquer à ses occupations. Le coq sort enfin. Il s'étire longuement avant de partir marcher dans les jardins pour se dégourdir les jambes après la route.

Son allure générale est plus que négligée. Il n'est point coiffé, le cheveu en bataille, ses vêtements sont chiffonnés et recouverts de poussière. Pourtant, l'homme semble avoir pris un bain dernièrement. Il a des cernes assez profondes, il est amaigri. Comme un chat en période de chaleurs. Il marche lentement, profitant du soleil qui s'est montré.
Revenir en haut Aller en bas
Viviaca de Kervanech

avatar

Féminin Nombre de messages : 14
Age : 94
Réside à : : Eauze
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/03/2012

MessageSujet: Re: D'un retour inattendu   Jeu 17 Avr 2014, 17:55

[Encore un matin... En Eauze, la monastique...]

Les jours, les nuits se succédaient sans grand intérêt depuis bien des mois... apportant son lot d'habitudes, de lassitude... Pouvait-on dire que Viviaca vivait ???
Certes, elle respirait ... sentait son cœur battre... tous ces faits et petits gestes incontrôlables qui se font sans même y penser...  Juste par habitude...

La maréchaussée qui avait tant occupée ses journées n'était plus qu'un souvenir... s'étant faite remerciée par le nouveau prévôt... "Pôh commode le nouveau" avait été ce qu'elle avait pensé et en signe de rébellion avait retenu sa plume face à ces missives fort déplaisantes...  En résultat donc son éviction pure et simple et le retrait de ses droits d'entrée... un choix avait été fait et Vivi l'assumait pleinement et sans regret...

Le conseil municipal ??? .. Elle y passait encore quelques fois mais bien plus rarement depuis cet incident fort litigieux dont elle ne s'était confié à personne puisqu'elle n'avait plus personne à qui parler...

Son MOULIN !! Voilà qui lui offrait encore un simple petit plaisir, redonnait un peu de vie à son cœur en hiver depuis de longs mois... depuis l'impromptu et silencieux départ de Son Prince Voyou…
Mais alors qu'elle écoutait le chant des ailes sous le vent, son esprit en venait toujours à vagabonder au-delà de ces lieues menant à de Celtiques terres où la joie de vivre ne devait pas manquer de frivoles farandoles…

Mais ceci est une autre histoire, qui sera peut-être un jour expliquée, contée... ou pas...

Grisailleux petit matin qui tarde et peine à se lever sur la terre d'Armagnac, tout autant que Vivi en a eu pour s'extirper de son nid douillet... Pourtant elle se dirige vers son moulin afin de vérifier sa précieuse livraison, resserrant le nœud de chaque sac rangé dans la carriole.
A peine le temps de s'emmitoufler dans une chaude cape et voilà la Meunière sautant sur sa fidèle Accacia, toute piaffante du plaisir de faire une balade, aussi courte soit elle.


En route !! La Mairie attend cette farine avec impatience !!

[Le Marché !! Royaume des colporteurs et colportages en tous genres ]


Malgré l'heure matinale, les allées du marché grouillent déjà d'animation...
Aide-cuisinières accompagnant sagement d'imposantes Matrones dont l'œil expert épie la bonne affaire... soubrettes s'activant à petits pas pour rapidement s'acquitter des emplettes de leur Maîtresse, et ce afin de pouvoir papoter avec leurs amies d’autres demeures

Et puis au milieu de cette papillonnante et joyeuse cohue, une silhouette se faufile entre les étales… Ses jades ne se posant sur aucun article en particulier… Vivi déambule lentement sur le marché,  son esprit vagabondant en cette atmosphère de rires, de ces babillages de se donner des nouvelles et partager avec ravissement les derniers potins plus ou moins croustillants...
Eût-elle été encore dans la police que ses jades et oreilles n'en auraient pas été moins attentives à capter, de ci-delà, un grognement de chaland qui conteste le prix demandé.. une petite main qui se faufile dans une poche pour y soutirer quelques piécettes ou bien y cacher le fruit de sa rapine...
Et voilà justement cette oreille qui surprend quelques gloussement entrecoupant des bribes de phrases qui font ralentir le pas de la Graffinière
[/color]

"Arrivée en douce très matinale ... débraillé... séducteur/coureur... balade dans le parc..."

Une soudaine envie de légumes se fait impérieuse, alors qu'un cœur se met en chamade... que d'incontrôlables sensations en viennent à se télescoper en ces esprits et corps qui semblaient s'être résignés, oscillante joie, déception, espoir, colère... Une consciencieuse observation jette son dévolu sur la rondeur de navets, si fortuitement situés très proches des deux gloussantes pipelettes qu'un rictus malicieux se dessine sur les Viviesque pulques rosées... Le point d'observation n'en devient que plus propice à maintenant entendre et non plus surprendre cette causette des plus intéressante

Pour sûre qu'il va y avoir du charivari !!!  Il est siiiii ... *léger soupire qui ne laisse aucun doute au non-dit qui n'a aucunement besoin d'être exprimé à voix haute tant l'insolente en vient à rosir et papillonner des cils*[/color]
Mais bon... La Future de notre bon Maître vas certainement encore y mettre de la voix et redoubler de surveillance... nous aurons plutôt intérêt à filer doux

Tel un archet sur les cordes trop tendues d'un violon, l'Insidieuse idée poursuit pas à pas son chemin sur les nerfs de Viviaca... les mettant tant à vif qu'un innocent navet fini par se fendre sous la pression du poing qui se serre fortement autour de lui...

Jeune fille !! Ne nous serions nous pas déjà rencontrée ???

Ô précipitation lorsque tu nous tiens !!!  Ne pourrais-tu donc pas retenir cette voix, bien moins assurée qu'elle n'aurait dû l'être, pour énoncer une question qui aurait bien mieux fait de ne jamais être posée...


Si fait Dame V... Je suis en place au Domaine de Bramafan.. et en passe d'y devenir chambrière d'ailleurs..

Bramafan ?? Vraiment ?? .. Le déclic se fait soudain dans l'esprit de Viviaca, reconnaissant l'impudente qui avait été employée au "Chemin du verger".. et poussé l'outrecuidance jusqu'à venir s'immiscer en ce matinal et très intime moment de grâce où son Prince Voyou glissait à son doigt
cette merveille qui scellait une bien délicieuse promesse.. "Viviaca, roc de mon coeur, veux-tu m'épouser ? "

Ô combien elle chérissait ce souvenir !! Entendant  parfois résonner ces mots au plus profond de ses sombres nuits... ressentant, en cet instant, l'écho de cette onde de pure bonheur parcourir tout son être.
Moment de faiblesse, certes plus fugace qu'une nano seconde mais dont l'intensité frôlât l'infinité puis s'en vient à s'évanouir pour faire place à une foudroyante froideur de regarder cette servante se plier en une irrévérencieuse courbette..
Le geste aurait pu paraître anodin pour une autre, mais certainement pas pour Dame V dont les flamboyantes émeraudes croisent ces mirettes pétillantes d'insolence et surtout lourdes d'une impudique allusion aux "charnels exploits" dont le Seigneur des Rosiers n'a indubitablement pas manqué de l'initié, puis effleurent ce pulpeux balconnet dont le pigeonnant défie les lois de l'apesanteur et surtout celle de la bienséance.

D'un geste souple, Viviaca approche lentement son visage de celui qu'elle relève du bout du doigt afin d'y planter ses félines amandes, ses pulpes esquissant un cruel sourire en susurrant


S'il est UN conseil que je prendrais le temps de donner aujourd'hui à une impertinente tête de linotte telle que Toi, ce sera de bien vite perdre la malice dont tu fais preuve et de ne surtout pas t'approcher du Seigneur dont tu parlais à l'instant.. A moins que tu ne tiennes pas plus que cela tant à tes pulpeux abatis qu'à la place que tu occupes à Bramafan...

L'ongle griffa t'il fortuitement la peau tendre du menton en y dessinant un léger sillon carmin ? transmettant ainsi un message qui avait le mérite d'être clair ??
Toujours est il que tout le temps qu'une souriante Viviaca consacra à acheter, un peu plus cher, les quelques navets qui -eux- seraient intentionnellement écrasés, la désormais penaude garda humble posture, les yeux fixés au sol et referma même sa cape d'une main quelque peu tremblante...


Je vous souhaite une agréable et prospère journée Maître Maraicher

"Fière et Arrogante Dame" seront certainement les qualificatifs utilisés par le quidam ou la mégère décrivant la scène qui venait de se dérouler et prenait fin puisque, sans se retourner, Viviaca quittait le marché dont l'atmosphère devenait trop oppressante à son goût, marchant d'un pas ferme et décidé alors qu'elle ne pensait qu'à fuir en courant.. bondir sur son Accacia et dans une envolée de cape, le coeur battant plus que de raison, galoper cheveux au vent sans se préoccuper de cette masculine vêture adoptée par désir d'oublier une féminité bridée...
OUI !! Galoper jusqu'à en perdre haleine.. mais pas n'importe où !! Pas au hasard !! Car sa pauvre Vie reprenait désormais un sens.. une raison qu'elle allait s'empresser de perdre avec ravissement.. consciencieusement la consumer dans cet abandon d'elle même que Seul ce Sublime Croqueur de Vie sait provoquer et s'en abreuver de cette soif qui n'a jamais de fin.

Passer le poste de garde sans s'arrêter malgré les cris qui tentent de la retenir... sauter quelques bosquets tout en regardant autour d'elle.. Chercher cette silhouette que la moindre fibre de son être reconnaîtra toujours entre milles... S'en approcher au pas en s'imprégnant du moindre de ses gestes, de la moindre parcelle de ce Seigneur dont la sensualité et la beauté n'est nullement amoindrie par cet aspect de Chat de gouttière amaigri... bien au contraire !! Il en devient plus Envoûtant, plus sauvage...

La Femme Papillon stop enfin sa si longue et solitaire errance aux pieds de Son Seigneur, haletante de sa chevauchées et de son coeur qui caracole à se rompre... tentant de reprendre le souffle qui lui manque en alanguissant son corps sur l'encolure de sa fidèle compagne.. frémissante de sentir la Rose glisser de l'écrin qu'étaient ses seins et se dévoiler à son Maître


N'est-ce pas une radieuse matinée Mon Seigneur ??
Revenir en haut Aller en bas
killijo_de_denere

avatar

Masculin Nombre de messages : 32
Age : 35
Réputation : 1
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: D'un retour inattendu   Sam 10 Mai 2014, 19:44

Son papillon a écrit:
--Votre Seigneurie permettra t'elle à une meunière de troubler sa matinale et contemplative réflexion ??
En apercevant son papillon, virevoltant avec grâce sur le chemin, sa colère retombe pour laisser place à d autres sentiments. Il se précipite vers elle et la serre dans ses bras.

Vivi, elle va l épouser! Connais-tu un moyen d empêcher cette mascarade?

Ses mains errent sur ce corps gracile qui lui a manqué autant que la femme. Il se redresse et recule d'un pas pour la regarder.

Hum... Toujours aussi belle. N'as-tu point profité des plaisirs gastronomiques d'Eauze ? Tu me sembles un peu amaigrie. Il faut garder ces formes qui font ton charme... Et que j'apprécie toujours autant.

Il est déjà occupé à l'embrasser dans le cou, descendant vers son décolleté. Il a oublié ses idées de ramener sa mère à la raison avec l'aide de Vivi. Seul compte l'instant présent. Pour le moment... Il cherche un endroit où il pourrait montrer à son papillon l'étendue de sa joie de la retrouver.

As-tu déjà ta chambre dans ce bouge ? Nous avons à parler...

Il remonte doucement vers son cou pour aller lui mordiller l'oreille.

Je m'exprime très bien avec les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Viviaca de Kervanech

avatar

Féminin Nombre de messages : 14
Age : 94
Réside à : : Eauze
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/03/2012

MessageSujet: Re: D'un retour inattendu   Sam 10 Mai 2014, 20:05

Viviaca aurait-elle pensé, réfléchit, imaginé ou même rêvé milles Hypothèses pour cette inéluctable rencontre vers laquelle elle s'était précipitée, qu'elle aurait encore été bien loin du compte de ce qui l'attendait....
"Quel Homme vais-je retrouver" étant d'ailleurs une question qui depuis bien des années n'avait plus été posée, bien que satellisant toujours à l'orée de son esprit, tant Killijo de Dénéré était, est et sera immuablement surprenant de ne jamais être celui que l'on attend.. là où on l'attend... là où il aurait dû être et même sensé être...

Bien sûre que Milles et douze questions se bousculaient déjà dans la tête de la Femme délaissée qu'elle était, des comment.. des pourquoi.. des peut être plus où moins tendres, colériques, mélancoliques ..
Tous ces riens auraient pu s'évaporer à la seconde où son Doux Seigneur referme ses bras autour de son corps soupirant de famine.. si ce chouinement d'enfant gâté n'avaient pris la place des mots d'amour escomptés


-- Vivi, elle va l épouser! Connais-tu un moyen d empêcher cette mascarade?

Ca pour être naïve, Vivi l'était et le resterait toujours !! Sachant pourtant pertinemment que SEUL le Maître des Rosiers décide de ce qui vous est accordé, consenti, donné d'espérer.. sans aucune certitude d'accéder à vos souhaits les plus secrets... Pour ce qui est des plus fous ?? OH oui !! Vous avez bien plus de chance de les voire exaucés tant ce Prince Voyou sait lire en vous.. jusqu'à vous chambouler de ses devinages dont il a le secret.. excellant à vous envoûter.. vous charmer.. tant il sait extirper, du plus profond de votre Être, des rêves dont vous n'avez même pas osé esquisser les plus humbles prémices...

A peine le temps d'esquisser un petit grognement de mécontentement que déjà son corps ne lui appartient plus, devenant incontrôlable en s'alanguissant sous ces douces caresses expertes.. puis l'instant d'abandon prend fin !!

Une gracieuse révérence puis un petit tour sur soit-même, tout aussi malicieusement que très lentement accomplis comme il se doit, permettent au Maître Coq de procéder à son inspection qui - EN PLUS - donne matière à commentaires et provoque chez Vivi une jadesque œillade de défi


-- Votre Seigneurie est bien placée pour savoir que, tout aussi beau soit-il, un jardin laissé à l'abandon vient à se faner et se flétrir par manque de soin !!

Voilà ! Ca c'est dit !! Et en plus avec un petit sourire narquois, juste au cas où le Volage Messire ne comprendrait pas l'allusion...

RHoooooooo !!! comme il est agaçant ce merveilleux et prétentieux Volatile qui s'octroie le droit de prendre, à loisir, possession de votre Être tout entier.. Il vous chamade en hérissant merveilleusement votre peau de ces baisers si judicieusement et stratégiquement grappillés... puis vous assène une bonne douche écossaise d'une simple réflexion qui hérisse plus encore vos nerfs...

-- Un bouge ??? Duchesse sera certainement ravie de l'invitation que vous nous faite à partager vos lieux de prédilection...

Là forcément, la Douce Amie se fait félinement provocante, taquine d'un sourire qui en dis long tout en opérant un aguichant rapprochement tout contre le corps de cet Homme volage qui sait et lui à appris tant de choses, lui offrant ainsi un "pulpé" pigeonnant tout aussi attirant que délicieux... des ongles inquisiteurs dessinent lascivement la rondeur musclée de ce fessier qui à dû voir des griffures de toutes les couleurs durant ses Celtiques nuits..

-- N'aimez Vous donc plus ces verdoyants cocons que Dame Nature à toujours su nous offrir par le passé ???

Bien que les méningites de Vivica puissent s'emballer à ce "Nous avons à parler..", ses lèvres s'empressent de ponctuer sa question d'un langoureux baiser... savourant avec gourmandise cette serpentine dont elle joue suavement pour mieux laisser sur place Killijo et cheval, alors que dans un éclat de rire elle abandonne son manteau sur le sol et se met à courir vers cette matinée, sans nul doute, luxuriante de surprises...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: D'un retour inattendu   

Revenir en haut Aller en bas
 
D'un retour inattendu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour inattendu de Kenshin
» Océane R. Un retour inattendu ♥ [A FINIR]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
en la Maison Nobiliaire de la Croix de Bramafan :: à travers les aRPentages de la Maison de la Croix de Bramafan :: au coeur des aventures bramafaniques-
Sauter vers: